Procès de Nathalie Normandeau et François Roussy

208

Les avocats en charge du procès de Nathalie Normandeau, de l’ex-organisateur libéral Marc-Yvan Côté et de leurs coaccusés, dont l’ex-maire de Gaspé, tentent de forcer 2 journalistes à révéler leurs sources.

Selon les médias nationaux, Marie-Maude Denis, de Radio-Canada, et Louis Lacroix, du groupe Cogeco, devront témoigner lundi prochain. Leurs avocats pourraient toutefois convaincre le juge du contraire d’ici là.

La défense s’intéresse aux sources qui ont alimenté des reportages diffusés à l’émission Enquête et dans le magazine L’actualité.

Elle veut démontrer qu’il existe un système organisé de fuites au sein de l’État qui justifie un arrêt des procédures et l’annulation du procès qui doit débuter le 9 avril.

La défense allègue en outre que le Directeur des poursuites criminelles et pénales ne prend pas les mesures nécessaires pour faire cesser les fuites journalistiques.

D’ailleurs, elle veut également interroger l’ancien témoin de la commission Charbonneau, Lino Zambito, relativement à certaines informations contenues dans son livre.

L’Assemblée nationale est également intervenue dans ce dossier, cette semaine au palais de justice de Québec, pour invoquer les privilèges parlementaires et s’opposer à la diffusion d’informations concernant le député Guy Ouellette, arrêté en octobre dernier. Cette question sera débattue ce vendredi.

Concernant l’intervention de l’Assemblée nationale dans un procès criminel, il pourrait s’agir d’un véritable précédant.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here