Baisse des quotas de crevette : Pêcheurs et transformateurs inquiets

338

Si les pêcheurs de crevettes demandent un statu quo sur les quotas qui seront accordés par Pêches et Océans Canada, les transformateurs, eux, craignent pour leur marché si la ressource subit trop de pression.

Les affirmations du ministre Dominique Leblanc et les recommandations des scientifiques sur l’éventuelle diminution du nombre de captures de crevette inquiète au plus haut point.

Les pêcheurs trouvent exagérées les propositions des scientifiques qui demandent une baisse de plus de 70 % des quotas, ce qui mènerait à une crise qui toucherait leurs entreprises, leurs travailleurs ainsi que ceux des usines de transformation. Le nombre d’emplois relié à ce secteur d’activité économique serait de plus de 550 sur la Pointe gaspésienne.

Selon le directeur de l’Association des Capitaines-Propriétaires de la Gaspésie, c’est toute la région qui serait touchée économiquement. Jean-Pierre Couillard doute aussi des résultats de l’analyse des scientifiques.

 

Pour les usines de transformation aussi la demande des scientifiques est trop élevée et risque aussi de mener à une crise. Le directeur de l’Association québécoise de l’industrie de la pêche, Jean-Paul Gagné, croit qu’une baisse en bas de 50 % serait viable.

Il rappelle surtout qu’il est important pour les transformateurs de conserver l’accréditation MSC qui vient certifier aux acheteurs de crevettes que la pêche est faite de façon durable, tout en protégeant la ressource.

 

Jean-Paul Gagné affirme que 70 % des exportations de crevettes nordiques se retrouvent en Europe.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here