Une marche pour se souvenir et guérir

174

Aujourd’hui se tenait à Gaspé la deuxième marche visant à commémorer la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation avec les peuples autochtones.

Près de 200 personnes, dont beaucoup d’enfants, se sont ainsi réunies ce matin afin de se souvenir des victimes des pensionnats et de se réconcilier dans le but de construire la société de demain.

Parmi les personnes présentes, plusieurs élus et candidats ont tenu à s’exprimer.

James Keays, conseiller municipal à la ville de Gaspé, croit que la réconciliation avec les peuples autochtones passe par l’écoute.

 

Pour Yv Bonnier Viger, candidat pour Québec solidaire, la réconciliation avec les peuples autochtones demande plus que des excuses.

 

Méganne Perry Mélançcon, députée sortante et candidate pour le Parti québécois, estime pour sa part que nous avons le devoir de mémoire des événements passés mais qu’il faut surtout apprendre à bâtir de meilleures relations.

 

Mais le mot final revient à Terry Shaw, chef de la nation Micmac de Gespeg, qui estime qu’il faut reconnaître le mal qui a été fait et surtout venir en aide à ceux et celles qui vivent avec les séquelles du passé.

 

Chaque année, le 30 septembre marque la Journée nationale de la vérité et de la réconciliation.

Cette journée est l’occasion de rendre hommage aux enfants qui n’ont jamais pu retourner chez eux et aux survivants des pensionnats ainsi qu’à leurs familles et leurs communautés. 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here