BISBILLE ENTRE LE MAIRE DE PERCÉ ET UN CONSEILLER

    133
    Le Rocher Percé, vu du Géoparc. Photos: Archives.

    perce2

    Le conseiller municipal du quartier Barachois à Percé tient à rectifier les faits concernant l’interprétation de la décision d’une enquête de la commission municipale du Québec à son sujet.

     

    Lors de l’assemblée municipale de juin, Robert Daniel a tenté de s’exprimer, sans y parvenir, sur cette enquête qui avait été commandée par le maire André Boudreau. La discussion s’est vite enflammée quand M. Daniel a affirmé avoir gagné. Le maire lui a demandé de ne pas commenter et de s’en tenir à la décision. Finalement, la décision n’a pas été livrée publiquement.

    Aucun élément n’a permis d’incriminer le conseiller Robert Daniel dans cette décision de la commission municipale, comme le précise le principal intéressé.

     

    Toutefois, 11 éléments de plainte avaient été déposés contre lui concernant l’éthique et des bris de confidentialité.

    Les manquements possibles aux valeurs du code d’éthique n’ont pas été enquêtés et les témoignages assermentés au sujet des bris de confidentialité ont suffi à la commission pour mettre fin à l’enquête en avril. Elle a représenté des coûts de 19 360$ pour la ville de Percé.

    Robert Daniel souligne que le fait de s’exprimer publiquement à contre-courant n’est pas toujours facile, mais qu’il va continuer à le faire, dans l’intérêt de la démocratie et pour ses propres convictions.

     

    Journaliste : Ariane Aubert-Bonn