ENCORE DES ATTENTES

    40

     

    La Stratégie maritime du gouvernement Couillard laisse l’industrie de la pêche et de la mariculture sur sa faim.

    Le problème c’est qu’on se limite à y confirmer le budget de 15 millions de dollars sur trois ans, déjà prévu pour appuyer ses activités commerciales.
    Le statu-quo laisse peu de place au développement, commente Jean-Paul Gagné, directeur général de l’Association québécoise de l’industrie de la pêche :

    Même son de cloche au Regroupement des mariculteurs du Québec.
    Sa directrice générale, Sophie Fortier, explique que ses membres espéraient davantage de la Stratégie maritime :

    Du côté de l’Association des pêcheurs propriétaires des Îles, on constate que l’industrie de la pêche et de la mariculture pèse peu dans le développement de l’économie maritime québécoise.