L’analyse de la baleine noire échouée débute

359

La baleine noire de l’Atlantique Nord repérée sans vie au large de la Gaspésie devrait être analysée ce matin, sur l’île de Miscou.

La nécropsie nécessitera l’apport de près de 20 personnes et de machineries lourdes, rapporte Baleines en direct.  La manipulation d’une carcasse aussi grosse n’est pas aisée.  Une baleine noire peut mesurer jusqu’à 17 mètres et peser jusqu’à 70 tonnes.

Sa carcasse a été repérée le 4 juin lors d’un survol aérien à environ 50 milles nautiques entre la péninsule gaspésienne et l’île Miscou.  Elle se trouvait dans une zone de pêche fermée par prévention des empêtrements depuis le 17 mai.

Le 5 juin, un navire de la Garde côtière canadienne a entrepris le remorquage de la carcasse vers le Nouveau-Brunswick.  La traversée a pris près de 13 heures et le navire est en attente près de la côte.

Aujourd’hui, des équipes spécialisées de vétérinaires, de biologistes et de spécialistes des mammifères marins à Pêches et Océans Canada, de la Marine Animal Response Society, du collège vétérinaire de l’Île-du-Prince-Édouard et de l’Université de Montréal collaboreront.  Jusqu’ici, toutes les observations faites sur la carcasse n’ont pas permis de déterminer la cause ni le moment exact du décès.

Cette baleine était appelée Wolverine, un mâle né en 2010.  Il avait été vu dans les eaux du golfe en 2017 et en 2018 et devait son nom aux trois grandes cicatrices à la base de sa queue, héritée d’une collision avec une hélice de moteur alors qu’il avait 5 ans.  Durant les 5 premières années de sa vie, il a été vu empêtré 3 fois, deux empêtrements considérés mineurs et un modéré.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here