Un projet de réforme loin de faire l’unanimité

347

Le ton commence à monter dans la région contre le projet de réforme sur le mode de scrutin au Québec.

Un des engagements politiques de la CAQ lors des dernières élections était de remplacer le mode de scrutin uninominal à un tour par un mode que l’on nomme proportionnel mixte.

Cette option ferait passer le nombre de députés élus dans les circonscriptions de 125 à environ 75, et les 50 autres seraient nommés par les partis politiques selon la proportion des votes obtenus.

Pour l’ancien député de Gaspé, Gaétan Lelièvre et celui des Îles-de-la-Madeleine, Germain Chevarie, le gouvernement fait fausse route et le nouveau mode de scrutin qui se dessine comporterait plus d’inconvénients que d’avantages pour les régions du Québec.

Gaétan Lelièvre précise que cette option provoquerait un agrandissement des circonscriptions. Cela aurait des effets négatifs pour les citoyens et sur les enjeux socio-économiques:

 

L’ancien député des Îles de la Madeleine, Germain Chevarie, s’inquiète pour la démocratie avec la nomination de député par les partis au lieu d’être élus par la population. Selon lui, une telle réforme doit être soumise à la population avant d’être adopté par le gouvernement:

 

La CAQ devrait déposer un projet de loi sur la réforme du mode de scrutin quelque part en octobre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here