La guerre vue d’ici : la participation gaspésienne à la 2e guerre mondiale

    4918

    La guerre vue d’ici : la participation gaspésienne à la 2e guerre mondiale. Il s’agit d’un podcast animé par l’historien Félix Fournier ainsi qu’Emilie Gagné. À travers les récits de personnes ayant vécu la guerre de près ou de loin, Félix retrace l’impact des Gaspésiens et Gaspésiennes lors de la 2e Guerre mondiale. Le podcast sera disponible le mercredi aux deux semaines à partir du 11 mars. Il y aura 12 épisode de cette série.

    12e épisode – Témoignages des auditeurs

    S’il y a bien une chose dont nous ne nous doutions pas au début de la balado, c’est bien d’avoir autant de de témoignages de gens qui nous ont parlé de personnes qui ont participé à la Deuxième Guerre mondiale ! Et parfois même, ces gens ont su corriger le tir face aux histoires que nous avons racontées. C’est le cas de M. Marcel Castilloux. Il nous a fait parvenir un texte racontant l’histoire de son père, Raoul Castilloux, de Newport qui a participé au Débarquement de Dieppe.

    Nous avons aussi la chance d’entendre Emily Bernatchez qui nous parle de son arrière-grand-père, Joachim Aubut, qui fut fait prisonnier lors de la Campagne d’Italie. Et elle nous parle aussi de la Famille Alexander de Gaspé. « Nelson Alexander lui s’était enrôlé, mais sa mère l’avait sorti de l’armée, parce qu’il n’avait pas l’âge. Y’en a beaucoup qui s’enrôlaient très jeunes, mais la mère de Nelson elle n’avait pas laissé ça passer. Il faut dire qu’elle avait déjà 3 ou 5 enfants qui étaient enrôlés. » Alexander avait toutefois conservé de précieux souvenirs de la Guerre qui sont maintenant la propriété d’Emily! Il y a même un informateur qui m’a révélé l’existence de lettres d’un soldat natif de Douglastown.

    11e épisode – Amour, médecine et correspondant de guerre

    Lorsqu’on parle de guerres, les premières choses qui nous viennent à l’esprit sont rarement des histoires d’amour, mais, contrairement à ce que l’on peut penser,  bien souvent des soldats trouveront l’amour durant ces temps troubles. Et certains se marieront même avec des personnes connues outre-mer.

    Nous aurons la chance, dans cet épisode,  d’entendre des

    Dr. Emile Melanson
    Le docteur Emile Melanson venu de la Nouvelle-Écosse

    extraits de correspondances, de lettres d’amour lues par la fille et la petite fille d’un gaspésien d’adoption : le docteur Émile Melanson. M. Melanson fut médecin sous le grade de capitaine dans le Royal Canadian Army Medical Corps et participa à la campagne de Normandie jusqu’à la chute de Berlin.

    En second lieu, il sera également question d’un célèbre gaspésien, Monsieur René Lévesque: Lévesque désirait se joindre à l’armée canadienne comme correspondant de guerre, après quelques tentatives infructueuses, il deviendra agent de liaison et correspondant de guerre pour l’armée américaine en 1944 et en 1945 à l’Office of War Information. Lors de son séjour en Europe, il accompagnera les troupes américaines lors de la prise de l’infâme camp de concentration de Dachau. Une expérience qui le marquera, selon ses dires, pour le reste de son existence.

    Remerciements : Gisèle Melanson (fille d’Émile Melanson) et Marie-Pierre Arthur (petite-fille d’Émile Melanson) pour leur participation à cet épisode.

    10e épisode – 336 jours pour en finir en Europe

    « Les sanglots longs des violons de l’automne, blessent mon cœur d’une langueur monotone. »

    Extrait « Chanson d’automne de Paul Verlaine. »

    Ces mots entendus sur les ondes de la BBC, annoncent à la résistance française, le début de l’opération Overlord.  C’est aussi, pour plusieurs soldats gaspésiens, leur baptême du feu, mais aussi le dernier droit de la guerre avant la capitulation allemande.

    Nous revenons, dans cet épisode, sur la participation gaspésienne à la campagne de Normandie à travers les yeux de ces soldats.

    Et on vous raconte aussi l’histoire du plus grand tankiste Gaspésien!

    Remerciements : Télévision communautaire de l’Estran (TVCE), Mélanie Clavet, directrice et Jacques Bouchard, intervieweur lors de l’entrevue avec le vétéran Firmin Fournier.

    Félix Houde – voix lors des extraits du livre du vétéran Ludger Houde.

    Fabien Sinnett et Tom Eden

    9e épisode – Les frères Mullin

    « Je me suis enrôlé, je dirais parce que mes frères étaient tous partis et je pensais que je voulais faire la même chose. Ma mère était, eh bien, nous étions quatre là-bas et elle écrivait toutes les semaines. Nous écrivions dans les deux sens. Mais mes trois frères sont tous partis en Italie avant la Hollande. »

    Harris Edgar Mullin

    « M. Harris Mullin est quelqu’un que j’ai connu à peu près toute ma vie. J’ai grandi non loin de chez lui et c’est le cousin de ma grand-mère. Silencieux, modeste et sans prétention, M. Mullin représente, pour ceux d’entre nous des plus jeunes générations, l’idéal d’un gentleman.

    Je savais que M. Mullin avait été dans l’armée pendant la Seconde Guerre mondiale. Je savais aussi que la famille Mullin, comme de nombreuses familles locales, avait un riche héritage de service militaire. Trois des frères de M. Mullin, Scott, Kingsley et Kenneth, avaient également servi pendant la Seconde Guerre mondiale, ayant connu le combat dans la campagne d’Italie qui a vu au moins 16 soldats gaspésiens perdre la vie.

    Le cousin de M. Mullin, Elmer Mullin, est mort à Hong Kong alors qu’il était prisonnier des Japonais. Les membres de la génération précédente de Mullins ont aussi combattu dans les tranchées de la France et de la Belgique pendant la Première Guerre mondiale. »

    Tom Eden

    En février 2015, M. Mullin est devenu Chevaliers de la Légion d’honneur, La plus haute distinction honorifique de la France, pour sa participation à la libération de la France en 1944-1945.

    À la mémoire de Harris Edgar Mullin – 1924-2020

    8e épisode – Frères d’armes

    Régiment de la Chaudière Des soldats d'infanterie du Régiment de la Chaudière se reposant derrière un Char Bren Carrier, France, aux alentours du 8-9 juin 1944.Trois jeunes hommes, natifs de Gaspé, s’enrôlent le même jour à Gaspé. Avant de partir de la ville, ils feront le pacte de se revoir après leur participation à la guerre.

    Fabien Sinnett, témoin de la vie à Gaspé durant la Seconde Guerre mondiale, nous raconte l’histoire de ces trois soldats : Laurent Ouellet, Philip Joseph ainsi que Mathias Sinnett, son frère.

    Même si la majeure partie du récit se déroule loin des côtes gaspésiennes, nous aurons aussi la chance d’entendre Fabien Sinnett nous parler de la vie à Gaspé durant cette période tourmentée de notre histoire.

    Remerciements : Fabien Sinnett et Diane Sinnett
    Erratum : Albert Sinnett n’est pas le père de Diane Sinnett mais bien son oncle!

    7e épisode – L’implication des Micmaques

    Comme l’épisode 7 de notre série marque la moitié de nos épisodes, nous avons choisi ce moment pour rendre hommage à un soldat trop peu connu : Frank Narcisse Jérome.

    Jérome, est né en 1886 dans la péninsule gaspésienne du Québec, dans la communauté micmaque située dans la région de la Baie-des-Chaleurs, à l’embouchure de la rivière Grande Cascapédia. Il est un Micmac de la Première Nation de Gesgapegiag. Au mois de juin 1916, alors âgé de 29 ans,  il s’enrôla dans le Corps expéditionnaire canadien pour servir à la Première Guerre mondiale.

    Frank Narcisse Jérome fut l’un des soldats les plus décorés de notre pays et fait partie du groupe restreint de 39 Canadiens qui reçurent la Médaille militaire à trois reprises (la médaille avec deux barrettes) pendant la Première Guerre Mondiale.

    Nous faisons ici un petit aparté pour vous parler de la participation à la Première Guerre Mondiale de différents soldats de la nation Micmac, nés en Gaspésie. Nous parlerons également de la participation d’autres soldats Micmacs, lors de la Deuxième Guerre Mondiale.

    Un merci spécial à Tom Eden, pour sa participation à cet épisode!

    6e épisode – La campagne d’Italie

    La bataille d'Italie
    La bataille d’Italie

    Si l’Italie évoque pour nous les vestiges de l’Empire romain, le soleil et la campagne de la Toscane, pour de nombreux soldats d’ici, ce sera plutôt poussières, éclats d’obus et combats des plus féroces. Pour certains, ce sera le lieu de leur dernier repos…
    Au cours des 20 mois que dura la poussée des troupes du sud vers le nord de l’Italie, les soldats gaspésiens feront face à la résistance acharnée des troupes d’élites du 3e Reich.
    Une participation à la Deuxième Guerre Mondiale souvent éclipsée par le débarquement de Normandie, mais qui, dans les faits, est sûrement la campagne la plus dure et la plus longue que les soldats gaspésiens ont eue à traverser.

    5e épisode – Le débarquement de Dieppe

    Comment réunir dans un même épisode un Premier ministre anglais qui s’exprime en français, un oncle maternel du prince Philip duc d’Édimbourg, un écrivain célèbre et des soldats Gaspésiens ?

    Voici l’épisode sur l’opération Jubilee, mieux connue sur le nom de Raid de Dieppe. Cette opération, la plus meurtrière de la Seconde Guerre mondiale pour les soldats canadiens, et qui se soldera par un cuisant échec militaire pour les Forces alliées.

    4e épisode – La bataille du St-Laurent

    La bataille du St-Laurent marque un tournant important de la bataille de l’Atlantique. Les Allemands essaient d’entrer dans le golfe du St-Laurent. La porte d’entrée : la Gaspésie. En découle une série d’événements inusités pour les habitants de la Gaspésie : sous-marins allemands, torpilles, bateaux coulés et même un espion!

    3e épisode – La bataille de Hong Kong, partie 2

    La guerre vue d'ici : la participation gaspésienne à la 2e Guerre Mondiale
    203 gaspésiens se sont enrôlés pour supporter l’effort de guerre. Croyant aller combattre en Europe, ils ont plutôt été affectés à une mission impossible : défendre Hong Kong. Dans cette deuxième partie, il est discuté des prisonniers de guerre et de la libération des soldats de la Royal Rifles of Canada. Félix Fournier en discute avec un chercheur en histoire militaire régionale Tom Eden.

    2e épisode – La bataille de Hong Kong, partie 1

    La guerre vue d'ici : la participation gaspésienne à la 2e Guerre Mondiale203 gaspésiens se sont enrôlés pour supporter l’effort de guerre. Croyant aller combattre en Europe, ils ont plutôt été affectés à une mission impossible : défendre Hong Kong. Félix Fournier en discute avec un chercheur en histoire militaire régionale Tom Eden. 

    1er épisode – L’enrôlement 

    Les Gaspésiens sont nombreux à s’enrôler pour la 2e Guerre mondiale. Par conséquent, plusieurs raisons les motivent. Par exemples : les récits de la 1re Guerre mondiale, l’honneur, le goût du voyage ainsi que les conditions de vie difficiles.  Félix Fournier nous raconte les histoires d’enrôlement d’Emilien Dufresne, Georges-Aimé Côté, Charles Bouchard, Jacques Plourde et Sydney Radley Waters, entre autres.

    Compléments d’informations 

    La guerre vue d'ici
    La guerre vue d’ici

    Leo’s war from Gaspé to Vimy de Gordon Pimm aux Éditions General Store pub house , 2008, 184 pages.

    Un livre sur l’histoire de Leo LeBoutillier qui a participé à la guerre. Ce livre rapporte la correspondance de M. LeBoutillier avec ses proches.

     

     

     

    Le projet « La guerre vue d’ici » est rendu possible grâce au Fonds canadien de la radio communautaire, seul organisme mandaté pour soutenir financièrement les radios communautaires et de campus du pays.

    Retour à la liste des podcasts