Achat de véhicule: comment ne pas se faire avoir

169

En ces temps d’inflation et de hausse des taux d’intérêt, l’Office de la protection du consommateur lance une nouvelle campagne visant à sensibiliser les acheteurs de véhicule aux malversations de certains vendeurs.

Avec 20% des plaintes reçues chaque année, le domaine de l’automobile trône encore et toujours au sommet du palmarès de l’Office de la protection du consommateur. Et le phénomène ne semble pas vouloir diminuer.

Selon Charles Tanguay, porte-parole de l’office, la pénurie de véhicules sur le marché pourrait expliquer (en partie) la situation :

 

Les problèmes de qualité et de garantie sont particulièrement fréquents dans le domaine des véhicules d’occasion. Pour ce qui est des véhicules neufs, certaines pratiques commerciales sont parfois douteuses ou même illégales :

 

Charles Tanguay estime que l’achat sous pression de certains extras, tels que l’antirouille, des assurances ou des garanties supplémentaires sont souvent des décisions mal avisées et qu’elles ne sont jamais obligatoires même si certains vendeurs suggèrent le contraire.

Celui-ci croit qu’il ne faut pas se précipiter lors de la décision d’achat et de prendre le temps de comparer.

La durée des paiements doit aussi être prise en compte, car cela peut à long terme revenir beaucoup plus cher. De plus, trop souvent, la garantie expire avant que le propriétaire du véhicule n’ait terminé ses versements.

Afin d’aider les consommateurs à garder un peu plus d’argent dans leurs poches, l’Office de la protection du consommateur a donc mis en ligne un aide-mémoire comportant une liste d’éléments à considérer ainsi qu’un calculateur permettant d’évaluer le coût total de l’achat. C’est un bon outil pour éviter de se faire avoir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here