Après la crevette, le turbot disparaît soudainement

561
Fishing boat returns to port after a long night - at Barnegat Inlet

Après la crevette, voilà que le turbot, ou flétan du Groenland, disparait du radar des pêcheurs.

Des entreprises de pêches se sont butées cette saison à une absence déconcertante de ce poisson de fond qui était pourtant abondant en 2022.

Le directeur de Les Pêcherie Gaspésiennes de Rivière-au-Renard, Olivier Dupuis, précise que l’an dernier il avait transformé au-delà de 267,000 kilos de turbo alors que cette année à peine 22,600 kilos ont été pêchés jusqu’à maintenant.

 

En Gaspésie, les captures de turbot de cette année sont chiffrées à ce jour à 138,000 kilos alors qu’en 2022 le total avait été de plus de 833,000 kilos.

Les pêcheurs et transformateurs de ce poisson ne comprennent tout simplement pas ce qui s’est passé en un an pour arriver à cette situation.

Selon Olivier Dupuis, même les scientifiques de Pêches et Océans tentent de trouver des explications :

 

Les Pêcheries Gaspésiennes emploient environ 50 personnes pour la transformation alors que les pêcheurs représentent autant de travailleurs.

En ce moment l’usine garde ses travailleurs avec d’autres tâches pour qu’ils se qualifient à l’assurance-emploi pour les récupérer l’an prochain.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here