Encadrer la randonnée alpine plutôt que l’interdire au Mont-Béchervaise

354

Le Mont-Béchervaise offre maintenant la randonnée alpine en station grâce à un projet-pilote visant à encadrer le ski hors-piste.

D’une valeur de 100 000 dollars, cette idée vise à sécuriser les adeptes de la randonnée alpine de plus en plus nombreux qui s’aventurent sur la montagne lorsque la station est fermée puisqu’il n’y a plus personne. Il s’agit d’une activité illégale en raison du danger. Ce n’est pas parce qu’il n’y a plus de skieurs que le risque de collision devient nul, explique François Bélanger, chargé de projets plein air au sein de l’URLS GÎM.

 

Le règlement dans les stations de ski les oblige à inspecter leurs pistes à la fermeture, c’est pourquoi il est interdit d’aller sur la montagne à ce moment-là pour éviter les accidents. Néanmoins, peu de skieurs respectent cette consigne alors autant encadrer la consigne, mentionne François Bélanger.

 

Ainsi, un cadre de pratique temporaire est mis en place. L’objectif est de l’implanter dans toutes les stations de ski afin d’établir les bonnes conduites pour la randonnée alpine et le ski hors-piste.

 

Au Mont-Béchervaise, il y aura un sentier d’ascension en bordure du domaine skiable, c’est-à-dire du côté ouest de la montagne. L’accès pour pratiquer la randonnée alpine est possible entre 6h et 21h.

Cinq autres stations font partie du projet-pilote : La station Petit Chic-Chocs à Cap-Chat, le Centre plein air de la Haute-Gaspésie à Sainte-Anne-des-Monts, le Mont Miller à Murdochville, la Station touristique Pin Rouge à New Richmond et le Petit Chamonix à Matapédia participent à ce projet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here