Hydrocarbures : la MRC préconise les BAPE spécifiques

224

Le préfet de La Côte-de-Gaspé préconise la tenue de BAPE spécifiques à chaque projet d’hydrocarbures dans la région, plutôt qu’un BAPE générique sur la filière, comme le demande le Parti Québécois.

Daniel Côté soutient qu’il y a déjà plusieurs informations générales qui ont circulé jusqu’à maintenant sur le développement des hydrocarbures. Il dit être rendu au stade d’obtenir des renseignements plus pointus.

Il rappelle que les règlements sur les hydrocarbures, qui seront adoptés à la fin mars pour faire partie de la nouvelle loi, prévoient des BAPE spécifiques.

 

Il admet que les 2 démarches pourraient toutefois être complémentaires.

 

Rappelons que les élus de la Pointe gaspésienne rencontreront les experts des ministères de l’Environnement, de l’Énergie et des Ressources naturelles demain, pour obtenir les détails à jour des projets Bourque de Pieridae et Galt de Junex.

Le ministre responsable de la région, Pierre Moreau, sera également à Sainte-Anne-des-Monts, vendredi. Une rencontre est aussi prévue avec les élus et il sera sans doute question des hydrocarbures, selon Daniel Côté.

4 COMMENTAIRES

  1. C’est incroyable d’entendre Daniel Côté dire qu’il y a plus de consultation dans un BAPE spécifique que dans un BAPE sur la fillière.

    BAPE général : est-ce qu’on veut ou pas cette filière.
    BAPE spécifique : comment améliorer un projet particulier.

    Il me semble qu’on devrait pouvoir se poser la question de l’industrie des hydrocarbures avant d’envisager les projets particuliers. Et non, M. @Daniel Côté, il n’y a pas suffisamment d’information générale qui a circulé et a été vérifié sur l’ensemble de la filière. Non, la population gaspésienne n’a pas été consultée sur la pertinence de cette industrie et sur sa compatibilité avec les autres usages du territoire dans la région.

  2. Faire un BAPE sur un projet particulier sans savoir ce que l’industrie a en tête pour l’ensemble du territoire, sans savoir de quoi la Gaspésie aurait l’air dans 30 ans si on prend le chemin des forages pétroliers et gaziers, ce serait avancer avec des ornières : on regarde ce qu’il y a droit devant nous sans savoir ce qu’il y a tout autour. Nous avons le droit de faire un tour d’horizon à 360 degrés pour savoir ce qu’il adviendra de notre région si nous laissons la filière pétrolière et gazière s’y implanter. Après Haldimand, Galt, Bourque, Gaspésia… qu’est-ce qui nous attend? De quel droit le gouvernement nous refuse-t-il le droit de savoir et de décider?

  3. C’est ça qui arrive quand mets continuellement des bâtons dans les roues de compagnies qui veulent faire du développement, elles s’en vont ailleurs, avec les emplois.
    Restons pauvres, c’est pas ce que souhaitent les adpetes de la religion verte?
    Quand le jeunes seront tous partis, et que les vieux seront morts, qu’est-ce qu’il restera?

  4. Toute cette bureaucratie et ces délais sont juste là pour écoeurer les compagnies, jusqu’à ce qu’elles s’écoeurent et vont ailleurs.
    Contrairement a ce que les écolos vous disent, il n’y a pas de danger pour l’eau potable. Toute cette hystérie vient d’un seul film: Gasland, un film de propagande payée par le Vénézuéla, qui avait a l’époque peur de la compétition qu’allait apporter le pétrole de shiste. Et ils avaient raison d’avoir peur de la compétition, aujourd’hui les USA produisent tellement de pétrole grâce a la fracturation que ça a fait baisser les prix, et le vénézuéla est en faillte. Et pourtant l’eau au USA n’est pas contaminée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here