«Inacceptable de déclencher des élections durant une pandémie» selon les Conservateurs

103

Le candidat conservateur Jean-Pierre Pigeon trouve que Justin Trudeau agit de façon irresponsable en déclenchant des élections en pleine 4e vague dans le seul but de rafler la majorité à la Chambre des Communes.

Les Libéraux ne font que profiter de leur popularité mentionnée par les sondages réalisés cet été, selon Monsieur Pigeon qui en sera à sa troisième en tant que candidat, lui qui n’a jamais été élu. Il ajoute aussi que cette élection sera assez particulière en raison des mesures de distanciation mises en place. Le contact avec le public sera ardu et pourra même être dangereux puisque la Gaspésie compte une population vieillissante, dit-il. «On ne pourra pas faire de porte à porte, on va utiliser zoom pour rencontrer des gens. Ça va vraiment être une drôle d’élection», mentionne-t-il.

Beaucoup de partis auraient souhaité que les Libéraux respectent leur mandat de 4 ans et déclenchent ainsi des élections en 2023 lorsque la pandémie, souhaitons-le, sera morte et enterrée. Ils ont été réélus il y a deux ans en 2019 en devenant minoritaires alors qu’ils avaient gagné la majorité en 2015. Jean-Pierre Pigeon juge que malgré leur minorité, les Libéraux ont réussi à faire passer de nombreuses lois grâce à leur collaboration avec les partis de l’opposition. «Il ne peut pas nous dire que son gouvernement ne fonctionne pas, son gouvernement fonctionne avec l’aide des autres partis. C’est vrai que nous, les Conservateurs, on s’oppose à certaines choses, mais dans l’ensemble son gouvernement fonctionnait», argumente-t-il.

Concernant les dossiers que le candidat tient à cœur, on retrouve la pénurie de main-d’œuvre qui demeure une priorité pour lui. Il désire récupérer les emplois perdus durant la pandémie.

Rappelons que le jour du scrutin sera le 20 septembre. La campagne durera donc 36 jours, la durée minimale prévue par la loi.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here