Inquiétudes de l’office des pêcheurs de crevette

338
Photo: Archives

L’Office des pêcheurs de crevettes du Québec s’inquiète pour les travailleurs de l’industrie qui se retrouvent sans salaire avec la fermeture de Marinard.

Une centaine de travailleurs, dont la moitié, ne pourront se qualifier pour l’assurance-emploi en raison de baisse importante des captures.

Les quotas de crevette cette année étaient d’un peu plus de 14 500 tonnes alors que les pêcheurs pourront à peine en capturer la moitié.

Selon le directeur de l’office, Patrice Élément, le peu de ressource pêchée jusqu’à maintenant force la mise à pied de nombreux travailleurs en usine, et aussi chez des entreprises de pêche. Près de la moitié des 35 bateaux ont cessé leurs activités :

 

De son côté, Pêches et Océans devrait dévoiler prochainement un relevé de la biomasse effectué en août.

Selon Patrice Élément, les risques d’une baisse drastique des quotas de crevette sont réels, et même la menace d’une fermeture complète de la pêche plane.

Concernant une transition vers la pêche au sébaste, il serait possible pour les pêcheurs de crevette de transformer rapidement leur navire, cependant, pour les usines de transformation, il en est autrement.

Et selon le directeur de l’Office des pêcheurs de crevettes du Québec, on n’a pas encore commencé à parler de commercialiser l’espèce :

 

La nouvelle ministre des Pêches, Diane Lebouthillier, tient un point de presse mardi pour faire le point sur la situation.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here