Exigence du BAC pour devenir infirmière, le cégep en désaccord

276
Du personnel en soins infirmiers. Photo:PXHERE

L’élimination du programme en Soins infirmiers au profit d’une formation strictement universitaire nuirait aux inscriptions et aurait un impact négatif sur le marché du travail, selon le Cégep de la Gaspésie et des Îles.

Le sujet a refait surface ce mois-ci alors qu’un rapport des commissaires sur les états généraux de la profession d’infirmière recommande que les personnes qui veulent occuper un poste en soins infirmiers passent par le niveau universitaire.

Le Cégep de la Gaspésie et des Îles est d’avis que la formation collégiale de 3 ans est suffisamment qualifiante pour permettre une entrée sur le marché du travail.

Le directeur des études, Jean Gagné, craint que de tels changements découragent les jeunes qui devraient étudier au moins 5 ans avant de commencer à travailler.  Moins d’inscriptions signifieraient aussi moins de main-d’œuvre en pleine pénurie. La Gaspésie perdrait aussi des travailleurs diplômés pour les hôpitaux de la région.

 

Jean Gagné précise qu’un sondage mené par la Fédération des cégeps du Québec auprès des étudiants en soins infirmiers démontre aussi que l’obligation de passer par un BAC n’est pas souhaitable à 44%.

Le ministre de la Santé Christian Dubé a déjà mentionné qu’il n’était pas très favorable à un changement de cet ordre en pleine pénurie de main-d’œuvre. De son côté, la ministre de l’Enseignement supérieur, Danielle Mc Canne ne s’est pas encore prononcée.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here