Des mesures sanitaires spécifiques difficiles à réaliser

484
Le Dr. Yv Bonnier Viger

Le directeur de la santé publique ne croit pas que de prendre des mesures sanitaires spécifiques pour la région ferait une différence pour contrôler la propagation de la COVID-19.

Le nombre de personnes atteintes en Gaspésie et aux Îles dépasse maintenant les 7000, ce qui en fait la région la plus touchée en ce moment au Québec.

La Dre Marie-Pascale Pomey, de l’École de santé publique de Montréal, mentionnait ce week-end dans La Presse que l’on ne pouvait plus garder les mesures au même niveau partout au Québec et qu’il fallait y aller plus localement pour limiter les éclosions afin de diminuer les effets possibles à l’ensemble du Québec.

Yv Bonnier-Viger explique, qu’au début de la pandémie, la santé publique était intervenue de cette façon, notamment dans Avignon, pour limiter la propagation. Aujourd’hui, avec Omicron et son sous variant BA.2, on ne peut plus agir ainsi :

 

Autre aspect qui ne permet plus de cibler localement des mesures est la disparition des tests PCR pour la population en générale et le traçage des cas qui est rendu impossible avec la propagation rapide du virus.

 

Selon Yv Bonnier-Viger, le nombre d’hospitalisations n’est pas alarmant pour le moment avec 15.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here