L’industrie de la transformation dénonce la gestion déficiente du MPO

518

Les fermetures de zones de pêche où se déplacent les baleines noires auront nécessairement un impact sur le prix du crabe et les travailleurs d’usine.

Le directeur général de l’Association québécoise de l’industrie de la pêche, Jean-Paul Gagné, explique que les pêcheurs sont maintenant concentrés dans les mêmes secteurs, rendant la pêche beaucoup plus difficile et chacun des voyages de moins en moins rentables.

Comme les prises sont moins grandes, il se demande de quelle façon les propriétaires d’usines feront travailler leur personnel assez longtemps pour que ceux-ci se qualifient à l’assurance-emploi.

 

De plus, le directeur dénonce la gestion déficiente de tout ce dossier par le ministère des Pêches et des Océans. Selon lui, le ministre Dominic LeBlanc a pris ses décisions beaucoup trop rapidement et a manqué à son devoir de consultation.

Il rappelle qu’il aurait été facile d’éviter des tracas aux pêcheurs si le ministre avait autorisé les pêcheurs du Québec à sortir au début avril, alors que ceux du Nouveau-Brunswick attendaient toujours que les ports soient dégagés des glaces.  Il est d’usage de laisser les pêcheurs sortir tous au même moment dans la grande zone 12.

De son côté, le MPO a publié une mise à jour du statut de la pêche au crabe des neiges dans le golfe du Saint-Laurent, hier. 61 % du total admissible des captures ont été récolté, comparativement à 68 % au même stade en 2016. Il croit préférable de ne pas comparer à 2017, une année exceptionnelle ne coïncidant pas avec les chiffres historiques.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here