Philippe Couillard participera à l’inauguration de la cimenterie de Port-Daniel

361

Le projet industriel réputé pour être le plus polluant de l’histoire du Québec, la cimenterie McInnis, de Port-Daniel-Gascons, entrera officiellement en activité, aujourd’hui, en présence du premier ministre Philippe Couillard.

Ce dernier se présentera sur place en se faisant rassurant, rappelant que ce projet fort controversé sur le plan environnemental n’empêchera d’aucune façon le Québec d’atteindre ses objectifs ambitieux de réduction des gaz à effet de serre (GES).

 

Même si la nouvelle cimenterie générera 1,76 million de tonnes de GES par année, le premier ministre Couillard dit assumer «totalement, totalement» ce projet, d’abord initié par l’ex-gouvernement Marois en 2014.

Lors d’une mêlée de presse, dimanche, tenue en marge d’un colloque international sur la sécurité alimentaire, il a fait valoir qu’il fallait voir le projet dans son ensemble, «incluant la nécessité pour les régions de se développer complètement», notamment par la création d’emplois.

Le Québec veut réduire de 20% d’ici 2020 ses émissions de GES, par rapport au niveau de 1990. Or, la cimenterie viendra hypothéquer cet objectif, avec sa production annuelle de 2,2 millions de tonnes de ciment destiné au Canada et aux États-Unis.

Le premier ministre se dit toutefois rassuré par le fait qu’elle devra se soumettre à la bourse du carbone, un système de plafonnement et d’échange de droits d’émission de GES.

1 COMMENTAIRE

  1. Une cimenterie de trop

    Le premier ministre Philippe Couillard a inauguré lundi la cimenterie McInnis. Ce projet de cimenterie de Port-Daniel-Gascons, en Gaspésie sera la plus polluante des cimenteries à cause de l’utilisation de la coke de pétrole qui produira plus de deux millions de tonnes de gaz à effet de serre (GES. Cette cimenterie est innauguré lorsqu’on a comme voisin le président le plus protectionniste de l’histoire et lorsque les cimenteries du Québec ne fonctionnent pas à pleine capacité.

    Le gouvernement avait soustrait ce projet à une évaluation par le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE). Le ministre de l’Environnement, David Heurtel a dit que le projet fut déposé en mai 1995, un mois avant l’entrée en vigueur de la loi le forçant à être examiné par le BAPE.

    Il faut savoir que la capacité de production de la cimenterie a été revue à la hausse passant de 1 million à 2,2 millions de tonnes métriques de béton par année. En période d’austérité économique, ce projet de Ciment McInnis a nécessité un investissement total d’un demi milliard de $ provenant du gouvernement, d’Investissement Québec et de la Caisse de dépôt et placement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here