Le plan de lutte contre la pauvreté est critiqué en Gaspésie

317

Le Regroupement des organismes communautaires de la Gaspésie et des Îles critique le Plan de lutte contre la pauvreté, annoncé dimanche par le gouvernement du Québec.

Selon sa coordonnatrice, Geneviève Giguère, les trois milliards de dollars sur six ans pour retirer 100 000 personnes de la pauvreté, profiteront surtout aux prestataires d’aide sociale avec des contraintes sévères à l’emploi.

Elle ajoute que la lutte contre la pauvreté et l’inclusion sociale ne se limite pas à l’intégration au travail, mais devrait surtout garantir l’accessibilité à des services publics orientés vers le maintien de la dignité de la personne.

 

Geneviève Giguère estime que le gouvernement crée deux catégories de pauvreté : celle des personnes inaptes au travail qui méritent de l’aide et celle des gens qu’il considère aptes, selon ses propres critères de capacité de retour à l’emploi.

 

La coordonnatrice du ROCGÎM doute que le Plan de lutte contre la pauvreté entraînera une diminution des besoins pour les organismes communautaires sous-financés, qui accompagnent des clientèles de toutes classes sociales.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here