Près de 50% des aînés vivent dans la pauvreté

176
Photo: Archives

Près de 50% des aînés du Québec vivraient sous le seuil du revenu viable.

C’est que révèle une récente étude commandée par l’Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) auprès de l’Observatoire québécois des inégalités (OIQ).

Pierre Lynch, le président de l’association estime qu’une grande partie de la pauvreté des aînés est cachée par l’utilisation d’indicateurs déficients:

 

Selon l’AQDR, le revenu viable moyen devrait se situer aux environs de 28 000$ par année. Ne pouvant compter que sur les revenus publics fédéraux, soit la sécurité de vieillesse et le supplément de revenu garanti, les aînés les plus vulnérables ne reçoivent qu’environ 20 000$ par année.

Pierre Lynch estime que les crédits non remboursables ne sont pas efficaces pour les aînés à faible revenu et que d’autres solutions pourraient être proposées afin d’amener un revenu supplémentaire de 8 000$ à ceux et celles qui en ont besoin :

 

Quant au retour au travail, seuls 8% des aînés interrogés se sont dits intéressés à le faire par intérêt personnel. Dans la très grande majorité des cas, c’est un manque de revenus qui les a obligés à faire le choix.

Rappelons qu’en 1981, les aînés de 65 ans et plus représentaient 8,9% de la population gaspésienne. En 2036, ils représenteront 37,6% du portrait démographique de la région.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here