Une option à l’étude afin d’éviter une fermeture définitive de l’épicerie de Cloridorme

1807

Le propriétaire de l’épicerie de Cloridorme étudie actuellement une option afin d’éviter la fermeture définitive de son commerce.

Depuis le 20 août dernier, le marché d’alimentation La Boucherie Le Rouge est fermé pour des raisons de rentabilité. Une rencontre avec différents intervenants municipaux et économiques était prévue hier, mais elle a été reportée. Le propriétaire, Dany Côté, a demandé un délai de 48 heures afin de vérifier une alternative qui pourrait permettre une réouverture éventuelle.

Les marchés les plus près son situés à Grande-Vallée, soit à 50 kilomètres aller-retour.

Compte tenu de cette situation, le marché Bonichoix de Grande-Vallée fait preuve de solidarité en offrant aux citoyens de bénéficier d’un service de livraison gratuit.

La propriétaire, Denise Lemieux, mentionne qu’il était tout à fait naturel de soutenir les citoyens du village voisin qui se retrouvent sans épicerie. Depuis la fermeture du commerce, des citoyens de Cloridorme font appel à ce service de dépannage.

De son côté, le gérant du Marché Tradition, Bruno Gallant, explique aussi être prêt si la boucherie avait à fermer ses portes pour toujours.

 

Rappelons que dans les derniers mois, Taxi Fortin, la quincaillerie sous la bannière Home Hardware et le Restaurant de l’anse ont cessé leurs activités. Depuis ce temps, la MRC de La Côte-de-Gaspé a mis en place une cellule de crise afin de maintenir des services de proximité aux résidents de ce secteur de la pointe gaspésienne.

1 COMMENTAIRE

  1. L’accent sur les services de proximités est de bonne foi, mais même si ce positionnement est vertueux, les clients sont de plus en plus nombreux à faire le choix de déplacements hors de leur communauté pour effectuer leurs achats. Les villes centralisent de nombreux commerces et points de services qui attirent au quotidien les consommateurs. Le secteur de l’alimentation est mobile, ainsi une ville comme Gaspé ou se trouve plusieurs services demandant un déplacement sera l’occasion pour le consommateur à l’occasion d’un rendez-vous médical d’effectuer par la même occasion son épicerie et ses achats en pharmacie et ou de quincaillerie. Ainsi la villes centre se dynamise et les commerces des villages périphériques souffrent et disparaissent. Le « combat d’affaires » de la Coopérative de Rivière au Renard en est un exemple patent ou la clientèle, comme l’érosion déserte le commerce d’alimentation au profit de ceux de la ville. Dans ces fragiles conditions, un conseil d’administration est rapidement devant le fait que si la clientèle fait le choix d’acheter ailleurs, cette même clientèle fait aussi librement le chois de fermer un service de proximités.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here