Une révision de l’avis de motion interdisant le camping sur la plage

La Ville de Gaspé autorisera finalement le camping sur les plages de sa municipalité.

1242

La Ville de Gaspé autorisera finalement le camping sur les plages de sa municipalité.

Il s’agit d’un recul dans son intention initiale d’adopter son avis de motion et incluait l’interdiction de camping sur les places publiques sur son territoire.

Le maire Daniel Côté mentionne que les plages sont de juridiction du gouvernement du Québec et que la municipalité n’a aucun pouvoir d’agir :

 

Ce changement de cap s’explique par le mécontentement d’une partie de la population qui s’opposait à cet aspect du projet de règlement.

Toutefois, la Ville de Gaspé maintient sa décision d’interdire le stationnement de véhicules récréatifs sur les places publiques durant la nuit comme les haltes routières et les autres espaces publics.

Daniel Côté affirme que plusieurs municipalités disposent déjà d’une réglementation en ce sens et que l’ensemble des intervenants appuie la nouvelle mouture du projet de règlement :

Pour les stationnements privés, par exemple les centres d’achats et les stationnements privés à l’usage public, les propriétaires seront libres de demander ou non l’application du règlement sur leur propriété, en installant ou pas l’affichage en conséquence.

Le nouveau projet de réglementation encadrant le camping sur les espaces publics sera donc adopté lundi soir prochain à la séance du conseil municipal et sera en application le 19 juin prochain.

 

 

 

 

 

2 COMMENTAIRES

  1. Dommage que les autorités municipales de Gaspé ne comprennent rien au tourisme grandioses VR qui ne cherchent qu avoir un endroit pour dormir tout en encourageant les commerçants locaux. Nous ne sommes pas une clientèle de terrain de camping mais plutôt des nomades qui s intéresse plus aux beautes et attrait des régions plutôt que le terrain de pétanque où le bingo, la piscine du terrain de camping. C est désolant de voir l étroitesse de esprit de certains élus municipaux en ce sens et ainsi privé leurs commerçant et entrepreneurs locaux d un tourisme vraiment bien nanti et qui dépense que gros sous dans les endroits qu ils peuvent arrêter pour une nuit.

  2. Il me semble que la nouvelle mouture du règlement n’est pas tellement différente de la première. La Ville interviendra aux endroits où elle a juridiction. C’est la seule différence. Cependant elle risque de se priver d’une clientèle importante et payante. Si on interdit aux nombreux touristes en VR qui ne trouvent pas de place en camping de rester sur place, ils vont continuer leur route à la ville voisine qui ne les refusera certainement pas. N’allez pas croire que le lendemain matin ces touristes vont revenir sur leurs pas pour aller visiter la ville qui les a refusé la veille. Je ne vois pas où est la cohésion régionale et l’harmonisation. J’ai dormis sur des sites publics tout le tour de la Gaspésie à de nombreuses reprises sans qu’aucune autorité ne vienne s’y opposer. Entre autre dans toutes les villes mentionnées par le maire. La Ville de Gaspé se confine, se ferme en mettant à la porte des touristes qui désirent voyager librement et admirer les paysages gaspésiens, connaîtrent les Gaspésiens et partager avec eux. Nouvelle mouture du règlement, nouvelle mouture de la notion de l’accueil gaspésien. Ce doit être une façon politicienne de “réinventer” cette réputation de bon accueil.

    Si le Conseil municipal était si à l’écoute comme le prétend M. le Maire, il aurait tenu compte des VRistes. “Les débats d’idées sont toujours sains dans une communauté, alors nous sommes très ouverts” a déclaré M. le Maire au journal Le Soleil. Où est cette écoute ? La Ville a maintenu sa décision malgré que les commentaires allaient presque tous dans le même sens. D’abord laisser les gens voyager librement et les touristes libres sont payants. Il n’y a pas eu de débat parce qu’il n’y a pas de problème. Il est clair que le Conseil de ville n’a écouté que quelques propriétaires de terrains de camping. M. le Maire dit que le règlement sera appliqué avec discernement. Comme touriste, où dois-je téléphoner pour savoir si ce soir on applique le règlement avec discernement ou pas ? Dans le doute, sous la menace de payer une amende entre 200$ à 2000$, j’irai ailleurs.

    La Gaspésie est en compétition directe avec Charlevoix, les Cantons de l’est, les Laurentides etc… parce que ces régions sont plus près des centres populeux comme Montréal et Québec. Cette année en est une exceptionnelle. Les gens veulent sortir. Ils ont besoin d’air et la Gaspésie est l’endroit idéal justement grâce à son éloignement des centres. Pour une fois la Gaspésie est avantagée. Pourquoi fermer la porte?

    Je suis extrêmement déçu de cette attitude de fermeture. Les modèles changent dans de nombreux domaines dont celui du voyage. Quel langage faut-il employer pour faire comprendre au Conseil municipal que les VRistes sont différents des caravaniers ? Les besoins ne sont pas les mêmes tout simplement. Pas que le terrain de camping n’est pas à la hauteur. Ce n’est juste pas notre lieu. Notre lieu est notre véhicule à l’endroit où on a choisi d’arrêter. Si je vais dormir sur le stationnement près de la plage à Haldimand, je dérange qui ? Je dérange quoi ? Mon véhicule est en bonne condition, aucune fuite de liquide mécanique, j’ai ma toilette, je trie mes ordures, j’utilise les gros bacs à vidange commerciaux au bout du stationnement pour ne pas remplir les poubelles de la Cantina. La très grande majorité des VRistes agissent de cette manière. Ça fait une douzaine d’années que je voyage de cette façon j’ai eu le temps de les observer. Il y a aussi des bougons. Il y en a partout mais ils sont une minorité. Les gens ont maintenant une conscience environnementale. Donner des raisons de déchets est une fausse excuse. C’est même insultant. Les VRistes ne sont pas des touristes voyous. Loin de là.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here