Les organismes communautaires manquent de ressources financières

39

Le milieu communautaire de la région tenait une journée sensibilisation pour inciter le gouvernement à investir davantage dans ces organismes qui sont sous pression en raison des compressions dans le secteur public.

 

Sous le thème, « Leitao, on voit rouge », les travailleurs communautaires ont distribué des dépliants pour sensibiliser la population sur leurs besoins financiers pour répondre adéquatement à la population.

La directrice du Regroupement des organismes communautaires de la Gaspésie et des Îles (ROCGIM,), Geneviève Giguère, affirme que les compressions du gouvernement dans le secteur public ont un effet direct sur les groupes communautaires. Cette pression est d’ailleurs plus importante depuis les modifications apportées au système de santé avec la loi 10.

 

Geneviève Giguère rappelle qu’au moins 90 % des organismes communautaires œuvrent dans le secteur de la santé.

La coordonnatrice du Centre d’aide et de lutte contre les agressions à caractère sexuel de la Gaspésie,  Maryline Arsenault, affirme elle aussi que depuis les dernières années les demandes du système public ont augmenté.

 

Le ROCGIM regroupe une centaine d’organismes communautaires dans la région. Ces derniers reçoivent  en ce moment 12 millions de dollars en financement du gouvernement, alors que les besoins pour bien remplir leurs missions sont chiffrés à 26 millions.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here