À l’abri de l’érosion

287

Récemment, l’équipe du parc national Forillon a déplacé l’abri du canon datant de 1883, afin de le protéger de l’érosion côtière.

Le travail de relocalisation de l’abri du canon de la station de phare de cap Gaspé  s’est réalisé avec succès.

La fragile construction de bois  d’environ 12 par 16 pieds a été précautionneusement déplacée l’automne dernier de quelques mètres.  Une relocalisation qui permettra la conservation à long terme de cet abri à canon. Chaque cas est évalué avec beaucoup d’attention et résulte d’un travail d’équipe. Émilie Devoe, conseillère e gestion des ressources culturelles à Parcs Canada, nous parle des éléments qui ont été considérés dans ce déplacement:

 

Devant les changements climatiques, l’érosion demeure un véritable enjeu au parc national Forillon, tous comme les autres milieux côtiers, vulgarise Daniel Sigouin, écologiste et chef d’équipe du site :

 

Des suivis sont assurés grâce à une technologie des plus performantes :

 

Cette structure est importante pour l’histoire du site puisqu’elle constitue le seul vestige bâti datant de l’époque du premier phare, explique Émilie Devoe :

 

Depuis les dernières années, les gens qui se promenaient à cap Gaspé faisait face à un abri clôturé, puisque celui-ci se rapprochait dangereusement des berges.  Dorénavant, la visite de ce lieu sera plus sécuritaire.

 

L’abri du canon en 1976.
Photo: Gracieuseté/Parcs Canada.
Puisqu’il se rapprochait dangereusement des berges, l’abri du canon, ici en 2016, était clôturé afin d’assurer la sécurité des visiteurs. Photo: Gracieuseté/Parcs Canada.
L’abri du canon situé sur son ancien emplacement. Photo: Gracieuseté/Parcs Canada.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here