Baisse de 30% des orignaux dans le parc Forillon

1510

La population d’orignaux dans le parc national Forillon a diminué de 30% depuis les trois dernières années.

Selon les estimations du dernier inventaire aérien réalisé en janvier, le nombre d’orignaux par 1 kilomètre carré est passé de 3,5 à 2,2 mais demeure toujours important pour le territoire du parc. La population serait aujourd’hui d’environ 540 bêtes alors qu’elle se situait autour de 840 en 2017.

Pour le coordonnateur de projet de recherche au parc Forillon, Pierre Etcheverry, il s’agit certes d’une baisse importante.  Mais selon lui, la situation était devenue critique il y a 3 ans en raison de la surabondance de l’animal, notamment pour la capacité de la forêt à supporter ces derniers.

 

Pierre Etcheverry explique que ce déclin de 30% de l’espèce n’est pas lié à une seule raison. Selon ce dernier, il s’agit probablement d’un ensemble de facteurs :

 

L’option que des orignaux auraient quitté le parc par la route 197, est peu probable. Le coordonnateur à Forillon affirme que 29 de ceux-ci sont munis de colliers émetteurs dans le parc et qu’un seul est disparu de cette façon.

Cependant 4 autres ont été retrouvés morts. Des analyses approfondies seront effectuées, ce qui permettra sans doute d’avoir une meilleure explication de la baisse survenue depuis 3 ans :

 

Ces nouvelles données serviront aussi au plan de gestion des orignaux.

Entre 1997 et 2009, la population de ces animaux dans le parc national Forillon est passée d’une centaine à 440 pour faire pratiquement doubler en 2017.

2 COMMENTAIRES

  1. Tout comme le parc national de la mauricie apres 50 ans, pas de coupe de bois pas de nourriture pas de gibier les dirigeants veulent revenir a l’age de pierre. Je viens de la mauricie et je vois toute les decisions questionnables du retour a l’origine avant les humains et bien les resultats sont plus que decevant. Seul les ours avec la visite de humains semble proliferer.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here