Croisière à Percé, une saison sous le signe de la COVID-19

616
Le Parc national du Rocher-Percé-et-de- l'Île- Bonaventure, à Percé, vu du Géoparc. Photo: Geneviève Patterson

Les entreprises de croisières à Percé commencent une saison qui sera marquée par plusieurs changements en raison du coronavirus et qui occasionnera une augmentation de leurs dépenses.

La COVID-19 a d’abord provoqué un retard sur le début de saison qui a commencé le 1er juillet au lieu de la fin mai. En plus, la construction du quai de Percé a aussi été retardée avec l’arrêt du chantier en raison de la pandémie, ce qui oblige les navires à partir de L’Anse-à-Beaufils.

Selon le propriétaire des Croisières Julien Cloutier, cette situation a pour effet d’augmenter les dépenses, comme pour transporter les touristes en autobus vers le point de départ. Julien Cloutier affirme aussi qu’il faut deux fois plus de temps pour atteindre l’Île Bonaventure, donc le double d’essence :

 

Pour leur part, les touristes qui sont au rendez-vous doivent être patients avec le nombre de départ qui a diminué de moitié en raison de la durée de la traversée.

Du côté de la Santé publique, on ne limitera pas le nombre de personnes à bord des bateaux, selon Julien Cloutier.  Mais des mesures de sécurité seront en vigueur, comme le port du masque obligatoire :

 

Les navires de croisières doivent aussi être désinfectés régulièrement après avoir accueilli les passagers.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here