Des capteurs à la rescousse des mammifères marins du golfe du Saint-Laurent

291
Les opérations de déploiement du réseau d’hydrophones. Gracieuseté de Pêches et Océans Canada

48 capteurs acoustiques pour écouter les baleines pour mieux les protéger sont déployés dans deux sites distincts, un à Percé et le second à Pointe-Saint-Pierre de l’autre côté du barachois, dans le golfe du Saint-Laurent.

Ce projet vise à détecter et à géolocaliser les baleines déambulant dans le golfe afin d’éviter des collisions ou des empêtrements de baleines dans les engins de pêche, responsable principal de la disparition de ces espèces.

Installés à une profondeur de 40 mètres, les capteurs permettent d’écouter jusqu’à une distance de plusieurs centaines de kilomètres les vocalises de différents mammifères vivant dans le golfe tels que les baleines bleues, des rorquals communs et des baleines noires… Celles-ci demeurent néanmoins le cœur du projet puisque c’est une espèce en voie de disparition par sa population de moins de 400 individus. «Les baleines qu’on capte à plus grande distance sont le rorqual bleu et commun. La baleine noire quant à elle émet des sons beaucoup moins forts», spécifie Yvan Simard, à la tête de l’équipe de scientifiques de Pêches et Océans Canada responsable du projet, sur la disposition de ces capteurs.

Au cours du dernier mois, ce nouveau système de capteur, d’une valeur de 1 million de dollars pour l’ensemble des 48 unités, était disposé du côté nord de la Gaspésie (Cloridorme et L’Anse-à-Valleau) pour écouter le passage maritime du détroit d’Honguedo au large de l’île d’Anticosti. Les capteurs ont simplement migré dans la région de Percé pour étudier la portion sud du golfe du Saint-Laurent.

Les capteurs sont présentement installés et le resteront au cours du mois d’août. Les résultats seront récoltés au début du mois de septembre.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here