Discrimination sur l’embauche d’infirmières au CISSS

101

Le syndicat des infirmières, infirmières auxiliaires et inhalothérapeutes accuse le CISSS de discrimination envers les employés unilingues francophones.

Selon le SIIIEQ des employés se sont vu refuser des postes en raison de leur niveau d’anglais qui serait insuffisant. Au moins une vingtaine d’affichages de postes sont répertoriés par le SIIIEQ et le CISSS aurait avisé le syndicat au début septembre que plusieurs autres affichages de postes bilingues seraient à venir.

Le président du syndicat affirme qu’il s’agit d’une forme de discrimination pure et simple envers les unilingues francophones. Il rappelle que 93% de la population de la Gaspésie est francophone et la barrière de la langue n’a jamais été un problème.

Les infirmières s’entraident sur le terrain et les patients anglophones ont toujours reçu un service professionnel. Pier-Luc Bujold ne comprend pas la pertinence d’instaurer des postes bilingues

 

Pour Pier-Luc Bujold ce genre de discrimination dans un réseau public rappelle la période des années 50 au Québec quand parler anglais était une condition essentielle pour progresser professionnellement :

 

En pénurie de personnel, Pier-Luc Bujold affirme qu’il ne peut comprendre qu’une organisation comme le CISSS ait l’idée de génie d’ajouter des critères de sélection discriminatoire envers la main-d’œuvre francophone.

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here