Éolien : pas de contrat, mais des atouts pour le futur

296

Des acteurs du monde de l’éolien trouvent tout de même positif l’octroi du contrat à Hydro-Québec pour exporter de l’électricité au Massachusetts, même s’ils ne bénéficieront pas de retombée immédiate de cette entente.

La semaine dernière la société d’État a remporté un appel d’offres américain afin de fournir une quantité importante d’énergie renouvelable à partir de 2020.

Le porte-parole d’Hydro-Québec, Marc-Antoine Pouliot, explique cependant que les propositions contenant de l’énergie éolienne n’ont pas été retenues. Dans le cas contraire, cela aurait permis la construction d’un important parc, ce qui aurait assurément eu des retombées pour notre région.

 

De plus, la Régie intermunicipale de l’énergie Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine participait avec l’Alliance de l’Est à l’appel d’offres du Massachusetts avec deux projets de parc éolien. Le directeur, Gilbert Scantland, aurait préféré voir ces projets retenus, mais il demeure toutefois confiant pour l’avenir. Il mentionne que la construction de la nouvelle ligne de transport entre le Québec et la côte Est américaine pourrait devenir un atout pour des prochains appels d’offres.

 

Le directeur de l’usine de LM Wind Power à Gaspé, Alexandre Boulay, aurait bien voulu profiter des retombées du contrat d’Hydro-Québec. Il explique cependant que l’entente avec le Massachusetts va permettre de diminuer de 40 % les surplus d’électricité du Québec à partir de 2020 et éventuellement ouvrir la porte au retour de l’éolien dans la province.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here