Éric Duhaime, à la tête du Parti conservateur, de passage à Gaspé en vue des élections

446
Éric Duhaime en 2012

De passage à Gaspé pour sa tournée destinée au recrutement de nouveaux membres, le nouveau chef du Parti conservateur Éric Duhaime précise que la santé risque d’être l’enjeu principal des élections en 2022.

Lors d’une tournée de quelques jours dans l’Est-du-Québec amorcée lundi la semaine précédente et qui s’est conclue ce samedi, l’ancien chroniqueur radio controversé Éric Duhaime en a profité pour sonder la région. Bien qu’il comprenne que la crise du logement et la pénurie de main-d’œuvre sévissent dans la région, c’est surtout la santé qui retient son attention. Il souhaite fortement corriger les énormes défaillances dans le système de santé illustrées par la Covid. «L’enjeu principal lors de la prochaine campagne électorale pour l’ensemble de la province sera la santé parce que ce sont les Québécois qui ont sauvé le système de santé lors de la crise alors que c’est sensé fonctionner de façon inverse», mentionne-t-il.

Il suggère d’y remédier notamment en privatisant davantage les hôpitaux à l’opposé des autres partis qui maintiendront le statu quo. En référence à la pénurie de préposés aux bénéficiaires, il ajoute que «le gouvernement est un mauvais gestionnaire et employeur, c’est pour ça qu’autant de gens désertent le système de santé et celui-ci peine à recruter du personnel. Ainsi, nous désirons créer de la concurrence pour qu’il y aille une plus grande offre pour les gens travaillant en santé».

Concernant la crise du logement, il affirme que selon lui, elle est causée par des loyers aux prix trop faibles décourageant les propriétaires à investir. «Elle est provoquée par la législation gouvernementale. Actuellement, les propriétaires n’ont plus beaucoup de bénéfices à garder des logements. Quelqu’un qui loue des appartements n’a pas de responsabilité sociale, il est là pour faire de l’argent. C’est comme ça que ça fonctionne dans un système capitaliste»

Élu le 17 avril dernier, le nouveau chef du Parti conservateur du Québec avance avec optimisme que son parti pourra créer une surprise lors du prochain scrutin, n’ayant récolté que 1,5% des votes en 2018. La dernière fois qu’un député conservateur a siégé au Salon bleu était en 1936. Selon les dires de Monsieur Duhaime, avec actuellement 15 000 membres, le parti a connu la plus forte croissance dans les intentions de vote passant de 1 à 8%, notamment grâce au soutien de la région de la Capitale-Nationale. Le passage de la députée Claire Samson de la CAQ au Parti conservateur marque aussi la popularité grandissante des conservateurs.

1 COMMENTAIRE

  1. Il a déjà dit à la radio, qu’il serait mieux de fermer la Gaspésie, car il trouvait que ça lui coûtait cher en impôts, que c’était de l’argent qui sortait de sa poche.
    Il a le culot de venir en région, il y’a des coups de pieds au cul qui se perdent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here