Le Pôle d’économie sociale de la Gaspésie les Îles reste sur sa faim

158
De l'argent canadien. Photo : Archives

Bien que le Pôle d’Économie sociale Gaspésie les Îles salue les objectifs et la reconnaissance de l’entrepreneuriat collectif dans le plan gouvernemental dévoilé lundi par Québec, l’organisme est toutefois déçu.

Le financement annuel au fonctionnement des  22 pôles d’économie sociale de la province passe d’une moyenne de 100 000$ à seulement 110 000$ jusqu’en 2025.

L’administrateur et cofondateur du pôle régional, André Richard, s’indigne de l’augmentation prévue qui se trouve sous l’indice d’inflation.

Il précise que Québec met de l’avant des objectifs nobles, comme répondre au défi démographique, favoriser l’innovation, l’autonomie alimentaire et l’économie circulaire, mais sans se donner les moyens de ses ambitions :

 

André  Richard donne l’exemple du Pôle d’économie sociale de la région, qui n’embauche qu’une seule ressource pour l’ensemble du vaste territoire.

Il s’attendait à une indexation d’au moins 80 000$ par année pour permettre l’embauche d’un deuxième employé:

 

Il se réjouit toutefois de l’augmentation du financement au Programme d’immobilisation en entrepreneuriat collectif et surtout de sa décentralisation, une revendication de longue date des pôles d’économie sociale du Québec.

André Richard affirme que des rencontres avec le cabinet de la ministre Marie-Ève Proulx sont prévues pour convaincre Québec d’augmenter davantage le soutien au fonctionnement des pôles.

Collaboration CFIM

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here