Les agents en services correctionnels exigent la prime salariale

583

Le Syndicat des agents de la paix en services correctionnels du Québec exige du gouvernement qu’il tienne son engagement et leur accorde la prime salariale étant reconnue comme service essentiel.

Vendredi dernier, les syndiqués des établissements de détention de Percé et New Carlisle ont posé des panneaux sur les bâtiments afin d’obtenir la prime salariale puisqu’ils étaient reconnus à ce titre dès le début de la pandémie. Le président national du syndicat, Mathieu Lavoie :

 

Il affirme que les agents en services correctionnels s’exposent aux risques et aux menaces compte tenu la tension et l’anxiété plus élevée des personnes incarcérées et les travailleurs dans les circonstances actuelles :

 

Comparativement aux agents correctionnels fédéraux, il y a 18% d’écart  salarial avec ceux du Québec, ce qui n’est pas attractif pour attirer de nouveaux travailleurs dans ce métier :

 

Selon le président provincial du Syndicat des agents de la paix en services correctionnels, il est plus que temps que le gouvernement s’attaque à ce problème.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here