Les Gaspésiens pourraient écoper si les hôpitaux en ville débordent

1033
Le Dr. Yv Bonnier-Viger. Photo: Richard O'Leary

Le directeur de la santé publique est en accord avec la décision du gouvernement d’imposer une règlementation plus sévère afin de préserver le système de santé et combattre la transmission communautaire.

 

Le Dr Yv Bonnier-Viger explique que l’instauration d’un couvre-feu était rendue nécessaire pour diminuer le nombre de cas de COVID-19 reliés aux rassemblements qui surviennent encore et qui sont interdits partout en province.

En ce moment, le système de santé est à bout de souffle dans les grands centres, ce qui pourrait avoir des conséquences sur l’offre de services en santé dans la région. Il s’agit aussi d’une question de solidarité :

 

Selon le directeur de la santé, il était donc primordial de mettre en place une mesure, comme le couvre-feu, pour limiter la transmission communautaire qui est responsable de 40% des cas de COVID-19.

 

Enfin, Yv Bonnier-Viger affirme que les directions régionales de la santé publique ont été consultées par Québec sur les nouvelles directives nationales. Même si la réalité gaspésienne est tout autre, il affirme que le gouvernement est au fait de la situation :

 

Le directeur de la santé publique précise que même si la situation en Gaspésie est sous contrôle, elle pouttait changer rapidement.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here