Loi sur la gouvernance municipale : Les grandes municipalités urbaines ressortent gagnantes

248

Les régions du Québec ne ressortent pas gagnantes, suite à la mise en place des récentes lois sur la gouvernance municipale, selon une professeure de l’École nationale d’administration publique de passage à Gaspé, hier soir.

Marie-Claude Prémont donnait une conférence intitulée La municipalisation du développement régional, au campus de Gaspé. Elle était invitée par le comité Gaspésie 21e, du Cégep de la Gaspésie et des Îles.

D’abord, selon elle, les grandes municipalités qui se sont regroupées en agglomération sont celles qui obtiennent le réel pouvoir promis aux municipalités locales.

 

De plus, elle doute que le fait de permettre aux municipalités d’offrir des congés de taxes pour attirer des entreprises privées soit la bonne approche pour garantir le développement économique régional. Cela peut créer de la compétition malsaine.

D’ailleurs, le gouvernement a tout récemment accordé le droit à Montréal d’offrir des congés de taxes maximales de 50 millions de dollars, en ce sens. Pour la majorité des autres municipalités du Québec, le maximum permis est de 250 000 $.

Marie-Claude Prémont donne l’exemple d’Amazon qui incite les municipalités à lui faire la meilleure offre pour installer son siège social. Une attitude qui est questionnable.

 

À l’inverse, le député de Gaspé, Gaétan Lelièvre, qui participait à une table ronde sur la question, donne en exemple la Ville de Gaspé qui a su bénéficier de ce pouvoir, au début des années 2000, pour convaincre LM Windpower de s’établir sur le territoire.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here