Faune marine en péril à cause du manque d’oxygène

341

Le manque d’oxygène dans le golfe et l’estuaire du Saint-Laurent met en péril une partie de la faune marine.

Une étude réalisée par 22 scientifiques démontre que le Saint-Laurent fait partie des endroits sur la planète où l’on a constaté des baisses importantes d’oxygène depuis plus d’une soixantaine d’années.

Le problème se situe surtout à partir de 175 mètres de profondeur jusqu’à plus de 300 mètres, là où se retrouvent des espèces comme la morue, le turbo et la crevette.

C’est l’estuaire du fleuve Saint-Laurent qui est le secteur le plus touché avec une baisse de plus de la moitié du taux de saturation, selon le scientifique Denis Gilbert, qui a participé à l’étude.

 

Les raisons de cette diminution d’oxygène dans les zones côtières comme la nôtre sont principalement reliées à l’activité humaine.

 

Ce manque d’oxygène dans le Saint-Laurent cause déjà des tords à certaines espèces de poissons, selon un autre scientifique de Pêche et Océans, Ddenis Chabot. Le turbot, aussi appelé flétan du Groenland, est celui qui est le plus en danger, puisqu’il se reproduit dans les profondeurs de l’estuaire où le taux d’oxygène est de 18 %.

 

Le golfe Saint-Laurent pose aussi problème pour la morue avec un taux de 30 % d’oxygène en profondeur.

 

Enfin, David Chabot affirme que la crevette nordique n’est pas menacée dans le golfe en raison de ces faibles besoins en oxygène pour survivre.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here