Mouvement de grève: Cours suspendus aujourd’hui à l’UQAR

69

Les cours sont suspendus aujourd’hui à l’Université du Québec à Rimouski.

Et comme à l’UQAR, des milliers d’étudiants postsecondaires à travers le Québec entament cette semaine un mouvement de grève dans l’espoir d’obtenir une rémunération et une protection pour les stagiaires.

Ils exigent aussi la fin de l’exclusion des stagiaires de la Loi sur les normes du travail pour avoir accès à des recours en cas d’accidents ou en cas de harcèlement et d’agression dans les milieux de travail, puis pour les congés de parentalité.

Ce matin, constatant que des étudiants étaient postés aux entrées du campus de Rimouski et qu’ils empêchaient l’accès à l’Université, la direction a convenu avec l’association étudiante qu’en échange de la levée de la ligne de piquetage, il y aurait suspension des cours pour le reste de la journée.

Selon les Comités unitaires sur le travail étudiant (CUTE), qui chapeautent la campagne, ce serait plus de 32 associations étudiantes et quelque 55 000 étudiants à travers le Québec qui seront en grève au cours de la semaine. Certaines associations ont voté pour une semaine complète de piquetage, tandis que d’autres ont opté pour une, deux ou trois journées, comme à l’UQAR.  Le mouvement de grève de cette semaine vise à sonner l’alarme du côté du gouvernement du Québec.

Le ministre de l’Enseignement supérieur, Jean-François Roberge, se dit sensibilisé «depuis longtemps» à la question de la rémunération des stages, soulignant que lorsqu’elle était dans l’opposition, la Coalition avenir Québec avait appuyé la compensation financière du quatrième stage en enseignement et du stage en psychologie.  Toutefois, le ministre Roberge estime que les étudiants vont trop vite en mettant en oeuvre des moyens de pression alors que son ministère en est encore à étudier le dossier.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here