Nouvelle méthode pour estimer les cas de COVID-19

434

Le projet de créer des cohortes d’individus pour suivre l’évolution de la COVID-19 dans les régions est abandonné par la Santé publique.

Avec les restrictions pour l’accès aux tests PCR, il est pratiquement impossible d’établir avec exactitude le nombre de cas de personnes infectées sur le territoire de la Gaspésie.

Québec évaluait donc la possibilité de former des groupes de personnes en santé pour les suivre à toutes les semaines afin de vérifier l’apparition de symptôme et voir s’il y a un développement de la maladie.

Avec les tests PCR réservés à cet effet et une méthode de calcul appropriée, la santé publique aurait établi un certain portrait de situation épidémiologique.

Le directeur de la santé publique, Yv Bonnier-Viger, précise que l’option a finalement été abandonnée.

 

En contrepartie, le ministère a décidé de procéder de la même façon, mais cette fois-ci avec le personnel de la santé et les personnes à risque qui ont accès aux tests PCR.

 

Selon le Dr Bonnier-Viger, 10 000 personnes ont accès aux tests, ce qui représente
1 personne sur 9 en Gaspésie et aux Îles.  En effectuant une règle de trois, on obtient ainsi environ 3000 cas actifs sur notre territoire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here