Pancartes vandalisées, un acte criminel passible de prison

396

Le vandalisme commis sur les pancartes électorales à Gaspé est un acte criminel qui peut conduire à des sanctions sévères.

Selon la SQ, il y a en ce moment plusieurs enquêtes en cours au Québec pour ce genre de méfait.

Les individus sont passibles d’amende importante, et même d’un maximum de 2 ans de prison.

Le porte-parole d’Élection Québec, Gabriel Sauvé, précise que le vandalisme de pancarte électorale est fréquent à chaque élection :

 

Gabriel Sauvé explique qu’il s’agit d’un de manque de respect envers les candidats et organisateurs de campagne électorale :

 

Élection Québec rappelle que les pancartes électorales ne peuvent être installées à n’importe quel endroit.

 

Il n’y a pas de limite sur le nombre de pancartes que peut installer un candidat. Il y a cependant un maximum fixé par la loi sur les dépenses électorales.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here