Politique de mobilité durable : Des élus craignent les lenteurs bureaucratiques

109

La Politique de mobilité durable en transports présentée par Québec cette semaine est bien reçue dans le milieu, mais les délais concernant son application sont questionnés en raison de la bureaucratie.

La Société du chemin de fer de la Gaspésie se réjouit que la réfection du rail soit inscrite dans le document, ce qui garantit les investissements de 100 millions de dollars annoncés en mai 2017. De plus, le président de l’organisme, Éric Dubé, est soulagé que Québec prévoie verser 12,5 millions de dollars sur 5 ans à la société pour la gestion du tronçon.

 

Depuis un an, seulement 4 millions de dollars sur les 100 millions annoncés ont été investis. Éric Dubé explique que le processus est plus long en raison des études qui doivent être réalisées pour les travaux, notamment ceux qui consistent à remplacer les ponts de la Cascapédia, à New Richmond.

 

Pour sa part, le président de la Régie intermunicipale de transport Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, Daniel Côté, est aussi satisfait des montants réservés pour améliorer le transport en commun et adapté dans la région.

 

Le préfet de la MRC de La Côte-de-Gaspé avoue cependant que le problème pour accéder à ces investissements réside dans la lenteur du travail des fonctionnaires.

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here