FMBM : O.G.B enflamme Gaspé d’amour et de festivité

168
Original Gros Bonnet (O.G.B) en spectacle vendredi soir au Festival Musique du Bout du Monde Crédit : Roger Saint-Laurent

De passage au Festival musique du Bout du Monde, le septet Original Gros Bonnet, dit O.G.B, en a profité pour exprimer leur grand amour pour la Gaspésie qui garde une place bien forte dans leur cœur autant personnellement qu’artistiquement.

Bien que la formation ne soit pas originaire de la région, le sang gaspésien coule dans les veines du groupe. En effet, le guitariste de la formation, John Henry Angrignon Atkins, a grandi à L’Anse-Pleureuse. Il a par la suite déménagé à Montréal pour étudier la guitare jazz au cégep où il a rencontré les autres membres du groupe, ne ratant jamais une occasion de partager son chauvinisme gaspésien à ses compères musiciens. Il n’en fallait pas beaucoup pour que ceux-ci se laissent bercer par les images gaspésiennes et deviennent subjugués par les récits contés par le guitariste.  

Ainsi pour s’isoler afin d’enregistrer un nouvel album, O.G.B s’exile en 2019 à Pointe-Sec, non loin du village natal de John. Leur deuxième opus, Tous les jours printemps, très conceptuel, s’inspire librement de la splendide nature gaspésienne et représente même une certaine maturation pour O.G.B. «Percevoir l’horizon au-dessus du fleuve est devenu un pilier pour l’album pour nous dire qu’il faut toujours aller plus loin et ne pas se limiter dans notre musique», illustre le guitariste.

Le bord de la mer, les magnifiques paysages et la sympathie contagieuse dans les villages avoisinants ont réussi à les charmer bien vite comme le raconte Vincent Boulianne le bassiste du septet. Ils se sont définitivement enracinés en Gaspésie qui est devenue une sorte de refuge. Ce n’est pas anodin qu’une de leurs nouvelles chansons s’intitule Le Bout du monde en référence au point au parc Forillon le plus à l’extrême est de la péninsule gaspésienne.

C’est pourquoi leur présence au FMBM a été couronnée de succès, autant chez le public que pour le groupe, puisqu’il s’agit d’un endroit très personnel pour eux. «Une certaine magie opère à chaque fois qu’on joue à Gaspé. C’était jampack aussi quand on avait performé au Brise-Bise il y a deux ans. Les gens capotent» s’exclame le saxophoniste Arnaud Castonguay. 

 

Quand le jazz rencontre le rap

La musique d’O.G.B se symbolise par un mariage fortuit entre le jazz, un style laissant l’improvisation et la virtuosité rayonner, ainsi que le rap, cristallisé par les textes du parolier et chanteur Franky Fade. Cet alliage peut sembler inusité, mais pourtant il va de soi. C’est très rafraîchissant d’entendre des instrumentaux recherchés, avec une belle richesse sonore, derrière lesquelles se colle un chant rap. Cette quête musicale réussit à sortir le rap des préjugés voulant que ce genre propose une musique simpliste où le talent n’est pas toujours au rendez-vous.

Bref, la créativité d’Original Gros Bonnet a été acclamée par les critiques et le public, eux qui ont remporté les Francouvertes, le grand concours pour faire briller la relève musicale francophone, en 2019. Nous avons bien hâte de les revoir en spectacle dans la péninsule et je pense qu’eux aussi ! Ils sont présentement à Sainte-Anne-des-Monts pour travailler sur leur troisième album, comme quoi ça demeure crève-cœur pour eux de quitter la région.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here