Faux diagnostics de TDAH dans les régions

1401

Des spécialistes de la santé dénoncent une pratique généralisée de faux diagnostics de TDAH dans les régions.

La semaine dernière, 45 pédiatres et spécialistes de la santé, ont lancé un signal d’alarme sur la prescription abusive de médicaments pour le traitement des troubles des déficits de l’attention chez les jeunes Québécois.

Selon le pédiatre Guy Falardeau, le phénomène de faux diagnostics chez les jeunes âgés de 4 à 18 ans s’observe davantage dans les régions, notamment en Gaspésie et aux Îles, en raison du manque de ressources de première ligne pour le traitement des troubles anxieux, non reliés au TDAH.

Il explique que selon une étude de l’INES, la prise de médicaments chez les jeunes du secondaire pour le TDAH s’élève à 20 % en région, contre 9 % à Montréal, en précisant que ces médicaments traitent les symptômes physiques de l’anxiété, sans soigner la source psychologique :

 

Le pédiatre estime qu’il faudrait augmenter le nombre de psychothérapeutes dans les CLSC des régions, afin d’enrayer le désengorgement, par le transfert des patients vers les pédiatres sur la base de faux diagnostics de TDAH. Il ajoute que les méthodes professionnelles de dépistage doivent être mises à jour pour tenir compte du phénomène d’anxiété chez les jeunes :

 

Le groupe de pédiatres qui a signé la lettre ouverte souhaite une rencontre avec le ministre délégué à la Santé, Lionel Carmant, qui a déjà déclaré se préoccuper de la prise en charge des enfants dans le système de santé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here