L’APTS dénonce la DPJ

189

L’Alliance du personnel professionnel et technique voit un manque important dans le mandat de consultation que s’apprête à donner Québec sur la Direction de la protection de la jeunesse.

L’APTS, qui représente bon nombre des intervenants en centre jeunesse, croit que le gouvernement doit se pencher sur l’ensemble des services offerts aux enfants et à leur famille.

Le syndicat s’inquiète que Québec ne s’attarde qu’au dernier maillon de la chaîne.
Selon la présidente, Guylaine Michel, s’il y a trop d’enfants à la DPJ, c’est en grande partie parce que les filets de sécurité en amont ont failli à leur tâche :

 

 

De plus, l’APTS veut attirer l’attention sur les délais avant que ne soit déposé un rapport. Vraisemblablement, Québec donnera 18 mois pour tenir les consultations. Or, calcule l’alliance, il y a de fortes probabilités qu’aucun rapport ne soit déposé avant 2 ans et qu’aucune mesure de changement ne soit appliquée à court terme :

 

 

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here