Baisse de quotas: Facteurs sociaux économiques déterminants

193
Archives

Le ministère des Pêches et Océans annule la baisse des quotas de crevettes prévus cette année et rétablit le même plan de pêche qui avait été octroyé l’an dernier en teant compte des facteurs sociaux économiques.

 

Cette décision du ministère fait suite à plusieurs pressions effectuées de la part des pêcheurs qui trouvaient prématurée la décision du fédéral de baisser les quotas de cette année de 20 % en moyenne dans le golfe pour protéger la ressource.

Selon la décision de Pêches et Océans pour 2019,  la zone de Sept-Îles devait subir une diminution de 37 %, après avoir écopé d’une baisse de 60 % en 2018, et celle du territoire d’Anticosti et d’Esquiman une baisse semblable à l’an dernier, soit 15 %. Seule la zone de l’Estuaire devait obtenir une hausse.

Le directeur de la gestion de la ressource pour Pêches et Océans, région du Québec, Marc Naud, explique que les facteurs sociaux économiques ont été pris en considération dans cette décision et non seulement l’aspect de la protection de la ressource.

 

Le directeur de l’Office des pêcheurs de crevettes de la Ville de Gaspé, Patrice Élément est satisfait que Pêches et Océans en viennent aux mêmes conclusions que les pêcheurs, soit que les quotas accordés respectent l’approche de précaution pour la crevette.

Il s’agit d’une bonne nouvelle qui permettra d’éviter que des pêcheurs remettent en question la mise à l’eau de leur bateau pour des raisons économiques.   Selon Patrice Élément, plusieurs pêcheurs de Rivière-au-Renard détiennent des permis dans la zone de Sept-Îles qui était la plus touchée par les baisses de quotas.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here