Difficulté de lecture en Gaspésie

281

Une étude démontre que la majorité des Gaspésiens vit d’énormes difficultés à comprendre un texte équivalent à la longueur moyenne d’un article de journal.

La Fondation pour l’alphabétisation a fait paraître hier un portrait inédit du niveau de littératie pour chaque MRC du Québec.

Rocher-Percé et la Haute-Gaspésie observent les plus grandes difficultés. Viennent ensuite les citoyens des Îles et de la MRC Bonaventure qui ont un peu plus de facilité, bien que la compréhension de leurs lectures demeure ardue.

C’est dans les MRC de la Côte-de-Gaspé et d’Avignon où les citoyens semblent avoir le plus de facilité à assimiler les textes qu’ils ont à lire.

Cependant, aucune MRC de la région n’apparaît dans la catégorie la plus enviable sur le plan de la littératie, où se trouvent les agglomérations de Montréal, Laval, Québec et Saguenay.

En général, les MRC qui affichent des résultats plus faibles possèdent des caractéristiques du marché du travail qui demandent peu ou pas d’études supérieures.  La présence de cégeps et d’universités à proximité influence aussi le niveau de compréhension en lecture.

Le taux de diplomation d’études secondaire, l’âge moyen des résidents et les ventes de livres apparaissent comme un facteur important.   C’est la première fois qu’un tel exercice est réalisé au Québec.

Le président de la Fondation pour l’alphabétisation, André Huberdeau, estime que l’étude fournit un état de situation clair pour fonder des actions :

Parmi les principaux faits saillants du rapport, les grandes villes font mieux que la moyenne québécoise mais leurs quartiers défavorisés ont des résultats plus faibles.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here