Hausse salariale réclamée par les travailleurs de l’alimentation

528

Les travailleurs de l’alimentation souhaitent récupérer la prime Covid de 2 dollars l’heure attribuée lors de la première vague pour hausser leur salaire,  non seulement en période de pandémie, mais de façon continue.

Roxanne Larouche est responsable des communications pour le Québec du Syndicat des travailleurs et travailleuses unis de l’alimentation et du commerce.

Selon elle, la crise de la Codiv19 a mis en lumière la nécessité de rémunérer les personnes issues de ce service essentiel à leur juste valeur.

L’industrie agroalimentaire assiste à une grande pénurie de main-d’œuvre. Selon Roxanne Larouche, la revalorisation de ces métiers passe par une rémunération plus adéquate :

 

Ces hausses salariales auraient-elles une influence pour le consommateur qui a vu le prix du panier d’épicerie bondir depuis quelques mois?  Selon Roxanne Larouche, les marchés d’alimentation ne sont pas seuls responsables de l’inflation compte tenu de leur mince marge de profit.

L’achat local par les consommateurs pourrait contribuer à une baisse des prix :

 

La responsable des communications pour le Québec chez TUAC Canada conclut en précisant que le défi d’encourager les producteurs, de conserver des aliments de qualité, et de bien rémunérer les travailleurs de l’alimentation exige de repenser notre façon de s’alimenter.

(Collaboration CIEU-FM)

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here