Le Parti Québécois souhaite sortir la province des hydrocarbures

125
Le puits Galt 4 de Junex. Photo : Archives.

Le Parti Québécois s’engage à déposer un projet de loi cet automne, lors de la prochaine session parlementaire, qui mettra fin de façon définitive à l’exploration et l’exploitation présente et future d’énergies fossiles en sol québécois. 

Pour y parvenir, la députée de Gaspé, Méganne Perry Mélançon, et celui de Jonquière, Sylvain Gaudreault, entendent éliminer les droits aux compagnies présentes en sol québécois, principalement étrangères comme celle du projet Galt contrôlé par des intérêts autrichiens, de pouvoir extraire du pétrole de la terre. En effet, un rapport rendu public du Centre Québécois du Droit de l’Environnement (CQDE) indique qu’il est tout à fait possible d’y parvenir d’un point de vue légal. «Si ce projet de loi est effectif, le Québec se rapprochera grandement des objectifs de l’ONU d’atteindre la carboneutralité d’ici 2050», affirme Méganne Perry Mélançon, la députée de Gaspé.

Récalcitrantes face à cette idée, les compagnies gazières et pétrolières réagissent agressivement devant les tribunaux en demandant des indemnités pour des profits anticipés perdus lorsqu’elles doivent cesser leurs activités. Néanmoins, selon la porte-parole du Parti Québécois en matière d’économie, Méganne Perry Mélançon, il n’est pas question de débourser des sommes faramineuses en ce sens. Bien sûr, si la loi leur contraint d’abonder en ce sens, des dédommagements auront lieu, mais ils seront réduits au minimum assure-t-elle.  

Avec une telle législation, le Québec ferait œuvre de pionnier puisque abandonner les hydrocarbures n’a jamais été fait à l’international mentionne l’une des instigatrices de ce projet. Des voix s’élèvent toutefois sur les pertes d’emploi potentiels suite à la fermeture de ces industries. En revanche, la députée de Gaspé stipule que le plan de transition économique se tournera vers les énergies renouvelables ce qui créera cinq fois plus d’emplois que dans ceux du pétrole, du gaz ou du charbon. La Gaspésie serait l’une des régions se retrouvant au cœur de ce plan en raison du nombre ahurissant de ressources naturelles propres (éolienne, solaire et biomasse notamment) qu’elle possède.

Certaines modalités demeurent sans réponse telle que le moment où les hydrocarbures cesseront d’être exploités, n’empêche que le projet avance rapidement puisque tout le Parti Québécois supporte cette grande idée. Méganne Perry Mélançon souhaite fermement que l’environnement demeure un sujet phare lors de la prochaine campagne électorale qui aura lieu l’année prochaine.

1 COMMENTAIRE

  1. Bonjour,
    Mais dans quelle abîme allons-nous bientôt sombrer? Je parlais aujourd’hui à une jeune dame dont le rêve était de posséder sa maison. Un petit bungalow frôle les 375 000$, elle en a fait son deuil. Puis son loyer moyennement confortable après un an d’attente lui coûte 1 300$ par mois. Le bon steak (filet mignon) à l’épicerie se détaille à 62$ le kilo, les tomates de qualité à 2$ chacune, faisons le silence sur un navet à 5$ et les autres prix des fruits et des autres légumes, c’est gênant d’écrire sur le prix des crustacés. La cerise sur le gâteau: L’essence. Pas question de l’extraire sous nos pieds. Pour les 100 prochaines années allons toujours ailleurs. Les marginaux qui ne représentent presque personne ont donné ordre aux gouvernements de fermer les valves. Nos politiciens ne font pas la différence entre la majorité silencieuse qui travaille et les « bozos » contre tout, qui se promènent le fond de culottes aux genoux.
    Gaston Langlais – Gaspé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here