Oceana Canada reclame d’en faire plus pour protéger les baleines noires

154
Une baleine noire. Photo: Archives.

L’organisme Oceana Canada affirme que d’autres mesures peuvent être prises pour réduire les collisions des baleines noires de l’Atlantique Nord avec les navires, une grave menace pour cette espèce au bord de l’extinction.

Il ne reste plus qu’environ 300 baleines noires de l’Atlantique Nord, dont environ 70 femelles reproductrices.

Un rapport préparé par Oceana, publié mardi, indique que la plupart des navires n’ont pas respecté les mesures de ralentissement volontaire mises en place en 2020 par Transport Canada dans le détroit de Cabot afin de protéger les baleines noires dans l’une de leurs principales voies migratoires.

L’analyse d’Oceana Canada révèle que durant les deux dernières années, 68 % des navires, en moyenne, ont voyagé à des vitesses dépassant la limite volontaire de 10 nœuds et que 43 % des navires ont dépassé les 12 nœuds.

Les baleines ont de meilleures chances de survie en cas de collision lorsque les navires se déplacent plus lentement. Oceana affirme que des restrictions de vitesse à 10 nœuds, obligatoires toute la saison, pourraient réduire de 86 % la létalité des collisions.

Oceana Canada signale que les eaux rendues plus chaudes par les changements climatiques forcent le zooplancton dont les baleines se nourrissent à se diriger vers des eaux plus froides. Les baleines ont donc suivi leur nourriture, les plaçant directement dans une zone de collision mortelle avec les navires dans le golfe du Saint-Laurent, où le trafic maritime est très élevé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here