Retour en cour pour des braconniers de la Baie-des-Chaleurs

1225

C’était le retour en cour hier pour les présumés membres et clients du réseau de braconnage de la Baie-des-Chaleurs.

Une centaine de personnes ont fait face à des accusations dans le cadre du démantèlement du réseau, au terme de l’opération Pie, une longue et minutieuse enquête qui a mobilisé des agents infiltrateurs et une quarantaine d’agents de la faune du Bas-Saint-Laurent et de la Gaspésie.

L’avocat Jean-Gabriel L’Écuyer, procureur au Bureau du directeur des poursuites criminelles et pénales, explique que la majorité des accusés ont plaidé coupable, mais d’autres ont choisi de se défendre. Ainsi, plusieurs amendes ont été distribuées mais des dates de procès ont aussi été fixées, hier.

 

 

Parmi la kyrielle d’accusés, deux se démarquent de par le nombre d’accusations dirigées contre eux.

 

 

Ces derniers pourraient faire face à des amendes très importantes s’ils sont reconnus coupables au terme des procédures.

L’article 70 de la Loi sur la conservation et la protection de la faune, qui interdit la vente de poisson ou de gibier, prévoit une amende minimale de 1825 dollars par chef d’accusation.

Le réseau se serait adonné illégalement à la vente et à l’achat de saumon atlantique, bar rayé, éperlan arc-en-ciel, omble de fontaine, cerf de Virginie, orignal et gélinotte huppée.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here