Une imprimante 3D métallique de pointe pour les génies de l’UQAR

134

L’Université du Québec à Rimouski (UQAR) vient d’acquérir une imprimante 3D métallique pour le département de génie. Un projet de 1 M$ appuyé par DEC pour les régions et par le Fonds d’aide au développement  du  milieu de Desjardins.

Cette infrastructure de marque allemande permet de bonifier l’équipement en génie et  ouvre un nouveau chapitre en ce domaine.  Jean Brousseau, professeur titulaire de la chaire de génie à l’Université du Québec à Rimouski, explique en quoi consiste cet appareil nouvellement récent dans l’industrie :

 

Une imprimante de la sorte peut réaliser des pièces de plusieurs métaux, tels que l’aluminium, l’acier inoxydable, l’acier outil, le titane, le cobalt-chrome et l’inconel (un alliage de nickel  et de chrome). Un plus pour les entreprises en région :

 

La contribution financière non remboursable de DEC pour les régions est de 843 015$ et c’est par l’entremise du Centre d’appui à l’innovation par la recherche (le CAIR) que les entreprises et organisations pourront accéder à  l’imprimante de l’université.

Au Québec, il n’y a que trois imprimantes 3D métalliques comme celle que vient d’acquérir l’UQAR.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here